J’étais lectrice

J’étais lectrice. J’étais sportive. J’étais dynamique. J’étais pleine de vie. Et puis je suis entrée dans ma vingtaine. Que s’est-il passé ?

Un peu d’histoire personnelle, pour me remettre les pendules à l’heure.

J’avais à peine 20 ans. J’étais passionnément amoureuse d’un homme fort, sûr de lui, imposant. Je commençais les études de ma vie. Devenir thérapeute, je ne l’imaginais que depuis quelques mois mais le projet me faisait rêver. D’ailleurs, je rêvais beaucoup.

Je rêvais de devenir la meilleure thérapeute, de sauver des gens, d’être la meilleure de ma promo, d’épater les autres, de montrer que les thérapeutes peuvent être des super-man/woman (et pas seulement ces arrogants de médecins). Je rêvais de suivre l’homme que j’aimais, aller en Bretagne puisque c’était son souhait, vivre près de sa famille, ses amis, son berceau, son équilibre, quitter mes amis et ma famille puisque c’était son souhait, accepter ses choix, devenir la mère de ses enfants et mettre ma carrière entre parenthèses s’il me le demandait. Je rêvais de mon Papy aussi. Première tragédie de ma courte vie.

Je rêvais ma vie. Parce que la réalité était que j’étais une petite-fille qui venait de perdre son Papy, modèle masculin s’il en est. Parce que la réalité est que je cherchais des réponses à mes propres doutes dans ces études, comment peut-on soigner correctement lorsqu’on ne va pas bien soi-même ? Parce la réalité était que mon couple n’en était pas un, pas un sain, que je n’avais pas l’ombre d’un futur que je puisse choisir, que tout dépendrait de ses choix, de ses envies, de ses lubies.

Loin de la clairvoyance, je me suis refermée sur moi, autour de lui. J’ai fermé petit à petit toutes les portes qui m’entouraient. J’ai quitté tous les plaisirs et je me suis éloignée de ceux que j’aimais. Pour celui que j’aimais passionnément. Il en jouait, en avait-il conscience ? Combien de fois me suis-je retrouvée incapable d’aucun mouvement, vide de tout, sans même penser à manger, sans rien faire ni m’occuper, avec pour seule pensée que je lui avais déplu et que j’étais une mauvaise personne ? Tout ça seulement parce qu’il ne daignait m’appeler (vu que je n’avais pas vraiment le droit de le faire moi-même).

Mon histoire est si banale.

Une adolescente mal dans sa peau, secourue par un super-man qui l’enferme.

Il n’est pas utile de revenir sur les détails. Aujourd’hui, je suis en paix avec cette histoire, ce passage de ma vie. Il m’a fallu beaucoup de temps, mais je ne lui en veux pas/plus. Les choses sont passées, guéries. J’ai grandi avec tout ça.

Mais ce passage de ma vie a eu de grandes répercussions sur moi. J’ai perdu toute forme d’estime de moi, je suis partie en quête infinie de reconnaissance chez les autres. J’ai perdu toute notion de plaisir, ne sachant plus m’occuper, fuyant tout dans des addictions plus ou moins bonnes, bien que jamais très grave. Sauf que la fréquence et la force de celles-ci ont augmentées avec le temps. Me remplir, me remplir. Remplir ce vide qu’il avait installé en moi. Remplir et ne plus jamais me laisser vider.

Depuis plusieurs années, je renoue avec la jeune moi que j’ai laissé sur le bord de la route, parce que c’était son souhait, il y de ça presque 10 ans.

Aujourd’hui ma vie est plus douce, plus calme. Je cherche à construire un nouveau quotidien qui s’articule autour de certains plaisirs qui prennent parfois une saveur de contrainte :

  • le Yoga
  • la pâtisserie
  • la lecture

Et c’est de ça dont je vais vous parler. Avec une régularité inexistante, évidemment. Puisqu’il s’agit de mon développement personnel, puisqu’il s’agit d’un blog personnel, puisqu’il s’agit de mon chemin pour chasser mes vieux démons et apaiser mon quotidien, ce sera fonction de tout cela.

Je ne me fais aucune illusion. Je sais que les blogs, les chaînes YouTube,… pullulent sur le net. Je sais aussi que ceux qui « réussissent » le tiennent à leur talent, certes, mais aussi et surtout à de la chance. Je n’ai aucune prétention. Juste envie de ce support, en espérant pouvoir échanger avec certains d’entre vous.

Merci d’avoir partagé un peu de moi.
Je t’embrasse.
Stéphanie

Publicités

Une réflexion sur “J’étais lectrice

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s